YogaHormonalFrance

1Étude de cas:

Augmentation du taux d'oestrogènes et regression des symptômes

Publié par Dinah Rodrigues

Nom: N.K.N.

Âge 49 ans

État: en période de préménopause


Au début de la pratique par N.K.N. du yoga des hormones (yoga hormonal), le taux d’œstrogènes est de 17pg/ml.

Les symptômes dont elle souffre sont forts: degré d’intensité 16. Elle se plaint de:


1. menstrues irrégulières, avec saignements tantôt faibles, tantôt forts avec formation de caillots plus ou moins importants;

2. sentiment d’abattement;

3. migraines

4. baisse de la libido

5. instabilité de l’humeur et irritabilité;

6. odorat faible;

7. pertes de mémoire;

8. cheveux clairsemés


Après 16 mois de pratique du yoga des hormones (à la raison de six séances par semaine), le taux d’œstrogènes de N.K.N est passé de 17 à 36,7 pg/ml. Quant aux symptômes dont elle se plaignait au début, ils ont entièrement disparus (les menstrues sont elles aussi redevenues normales). N.K.N se sent bien; elle a recouvré sa vitalité et sa bonne humeur.

2. Étude de cas: Problèmes de stérilité

Publié par Dinah Rodrigues

Nom: F.U.L.Q.

Âge 28 ans


Avant la pratique du yoga des hormones (yoga hormonal) F.U.L.Q. souffrait des symptômes suivants:


Kystes aux ovaires (depuis l’âge de 16 ans);

acné (en relation avec les kystes ovariens);

règles irrégulières (dès la puberté)

syndrome prémenstruel (SPM) très accusé;

absence des menstrues pendant plusieurs mois d’affilée;

apparente stérilité: depuis l’âge de 23 ans, F.U.L.Q. fait tout pour avoir un enfant, mais en vain.


En juin 1994, après trois mois sans menstruation, F.U.L.Q. passe une échographie qui montre que les deux ovaires sont plus petits que la normale, mais aussi un ovaire gauche avec un nombre plus élevé de micro-kystes que la normale.


En mars 1995, deuxième échographie, qui indique des ovaires avec un nombre élevé de micro-kystes.


Après deux mois de pratique du yoga des hormones, le taux d’œstrogènes est monté à 183 pg/ml. Quant à l’état des symptômes on note:

le tissue ovarien est redevenu normal (attesté par échographie) ;

le retour des menstrues (sans prise de médicaments);

un syndrome prémenstruel extrêmement faible.


Après sept mois de pratique du yoga des hormones, les examens montrent que F.U.L.Q. est finalement enceinte. L’accouchement a lieu huit mois plus tard.

3. ​​​​​​​Étude de cas: État dépressif, migraines et accès de panique

Publié par Dinah Rodrigues

Nom: F.E.Q.T

Âge 56 ans


Au départ le taux d’œstrogènes était de 21 pg/ml. Quant aux symptômes, de degré d’intensité 45, ils était les suivants:

fort état dépressif (degré d’intensité 3);

fortes migraines (degré d’intensité 3);

accès au panique (diagnostiqués par le médecin traitant);

abattement, sentiment d’oppression, troubles du sommeil;

mémoire faible;

bouffées de chaleur (degré d’intensité 2);

sécheresse vaginale;

douleurs articulaires.


Après trois mois et demi de pratique du yoga des hormones, à raison de six séances par semaine, on note chez F.E.Q.T une amélioration notable de l’état général. Quant aux symptômes, leur degré d’intensité est descendu de 45 à 32, et la situation des symptômes est la suivante:

disparition des accès de panique;

quasi-disparition des migraines, et en cas de migraines, leur degré d’intensité n’est plus que de 1 (au lieu de 3 précédemment);

quasi-disparition des bouffées de chaleur; et, en cas de bouffée de chaleur, le degré d’intensité n’est plus que de 1;

amélioration de la muqueuse vaginale (moins sèche);

rééquilibrage psychologique;

moins d’irritabilité et diminution du sentiment d’oppression;

augmentation très sensible de la libido;

amélioration de la scoliose;

retour de la vitalité et de la bonne humeur.